Accueil > Point de vue > Le Regard d'Éric > Pompiers face aux feux : l’électrochoc d’un été – Le Regard d’Éric

Pompiers face aux feux : l’électrochoc d’un été – Le Regard d’Éric

Par Eric de Riedmatten
Septembre 2022

Les feux de forêts qui ont frappé une grande partie de la France cet été ont été paradoxalement un bienfait pour la France. Cela a créé un véritable sursaut pour faire évoluer l’organisation de nos secours. On parle désormais de création d’un secrétariat à la sécurité civile. Et pour quoi faire ? Pour « piloter » les secours et mieux répartir sur le territoire les moyens disponibles. 

La gendarmerie à son tour monte au créneau avec la création de brigades vertes dédiées à la surveillance de l’environnement.

Car l’été a révélé d’énormes lacunes. Les pompiers ont été débordés. On a appris qu’il nous manquait des bombardiers d’eau. Seulement 12 canadairs pour toute la France et 7 avions Dash tous basés à Nîmes (sauf en été où deux sont stationnés en Corse).

Et quand la France flambe « ailleurs » que dans le sud : on doit faire appel aux pompiers européens. Au total : 361 soldats du feu venus de 6 pays avec plus de 100 véhicules et 6 avions.

L’aide européenne a fonctionné à merveille.

Bravo. Car cette mobilisation révèle un état d’esprit nouveau.


LES CRISES FONT AVANCER LES CHOSES

L’entraide internationale se renforce et fonctionne. On découvre une France désemparée qui « ose » demander l’aide à ses voisins. Ce qui ne se serait jamais vu auparavant.

Décidément, les crises font avancer les choses. Les mentalités évoluent, le monde avance.

Dans le cas des soldats du feu, je retiendrai une chose : Les drames imposent des prises de décisions rapides. L’Europe se mobilise certes, mais cela n’est pas la seule solution. La France doit accélérer ses recrutements au service de la sécurité. Les pompiers volontaires vont passer de 191 000 à 250 000 en 2023. C’est la preuve que seule la volonté permet de faire changer la donne. Je note aussi la déclaration d’Eric Brocardi, porte-parole de la fédération des sapeurs-pompiers de France. « Nous sommes tout petit face aux feux que nous avons connus, nous avons été comme une fourmi qui se bat sur un stade de foot ». Révélation d’un nouvel état d’esprit qui montre que sans moyens suffisants, nous sommes tout petit.

Cette France 2022 en proie à ses malaises bénéficie d’un coup d’accélérateur salvateur grâce à ses crises.

Les soldats du feu ne sont pas assez nombreux ? On va débloquer des moyens.

La surveillance des forêts n’est pas assurée ? On va créer une gendarmerie verte en renforçant les moyens de l’Office Central de Lutte contre les Atteintes à l’environnement. 

La France manque de canadairs dans le ciel ? On va en commander. Il pourrait y en avoir 6 de plus l’été prochain.

Le pays souffre de pénurie de commandants de bord pour piloter les machines ? De 16 pilotes actuellement (seulement), on pourrait passer à 22.

C’est fou comme les crises accélèrent les prises de décision.

POMPIERS, POLICES, GENDARMERIE, SÛRETÉ NUCLÉAIRE : ENFIN LES CHOSES BOUGENT

C’est presque dommage d’en arriver là.

Des dégâts, des victimes, des riverains qui ont tout perdu et enfin cette prise de conscience.

Il en est de même pour les effectifs de police au cœur de nos villes.

Dans les rues, l’insécurité nous rappelle chaque jour que rien ne va plus :

La réponse se précise au fil des mois : On disposera bientôt de Polices municipales renforcées, parfois armées.

Si l’on élargit le sujet au domaine nucléaire où la sécurité est une priorité : On découvre que le coup d’accélérateur viendra avec la relance du programme nucléaire ambitieux et d’une vague de recrutements importante. La sûreté nucléaire est plus que jamais une priorité.

Un hôpital se fait hacker près de Paris, une demande de rançon est exigée : on découvre que la France est l’un des pays les mieux équipés au monde pour lutter contre cette nouvelle cyber guerre qui a touché la France cet été avec deux fois plus d’attaques révèle le fondateur du Campus Cyber Michel van den Berghe. Il le disait ce week-end sur Cnews dans l’émission l’Hebdo de l’Eco.

Que retenir de tout cela ? Qu’il faut parfois des crises pour sortir la tête de l’eau.

Je rejette le pessimisme ambiant qui contribue à dégrader notre image et nous fait perdre du temps dans bien des domaines.

Les crises quelles qu’elles soient ont cela de bon : elles créent des électrochocs et font évoluer les mentalités et font bouger la société.

Eric de Riedmatten

Directeur de la publication : Michaël Lejard
Directeur de la rédaction : Alexandre Carré