Accueil > Divers > L'édito > L’enseignement de la sécurité privée : l’autre potentiel du continuum

L’enseignement de la sécurité privée : l’autre potentiel du continuum

Par Eric de Riedmatten
Mai 2021

ANews Sécurité nous transporte cette semaine aux Antilles pour aborder la question de la sécurité privée dans les départements ultra-marins et notamment l’enseignement à distance. Direction la Guadeloupe dans l’émission Overseas animée par Alexandre Carré. Jérôme Loiseau est le fondateur d’une plateforme Internet qu‘il a dédiée à la sécurité au travail. Tutorisk se positionne aujourd’hui comme la plateforme modèle de l’enseignement à distance. Et pour une fois, la crise Covid a eu du bon. L’accélération de la pandémie en 2020 l’a incité à développer un nouveau concept de sécurité au travail avec une offre très précise axée sur l’apprentissage en ligne. Vous comprendrez au cours de cette interview comment les Antilles se sont organisées pour gérer les offres de sécurité privée avec les moyens modestes qui sont les siens et les problèmes sociaux qui parfois, ralentissent l’avancée des projets. D’où l’importance du E-learning véritable booster de la formation à distance pour les carrières liées à la sécurité. Un programme qui intéresse les îles et qui pourrait permettre de compléter l’offre de sécurité publique. Car en effet, si l’on en croit le témoignage de Jérôme Loiseau, peu d’avancées réelles ont été opérées ces dernières années en terme de continuum de sécurité. La Guadeloupe et ses 400 000 habitants disposent de seulement quelques PME dédiées à la sécurité privée. Dans ANews Sécurité cette semaine, vous découvrirez ce marché jugé encore « étroit »  avec de nombreuses entreprises de taille modeste. Et il est intéressant de voir le potentiel de l’ile en termes de sécurité privée, et comment les Antilles retiennent les talents pour éviter leur fuite vers la métropole où les salaires sont plus hauts. Dans le sens inverse, vous comprendrez au cours de cette interview qu’il n’est pas simple de s’implanter dans les îles pour une PME venue de métropole. Et que sans association et partage du capital, nul espoir de réussite ne leur est permis.

Vous découvrirez dans ce rendez-vous quels sont les secteurs les plus demandeurs en termes de sécurité privée : gardiennage, sécurité électronique et protection des stocks de pièces détachées, voilà ce qui génère le plus de demandes. ANews Sécurité vous révèle par exemple les solutions possibles pour s’implanter et dans quelles conditions économiques et techniques, car en effet, les Antilles disposent d’un climat parfois capricieux où règne un fort taux d’humidité ce qui complique le fonctionnement de la sécurité électronique. Un point à prendre en compte et qui fait appel à un savoir-faire spécifique en termes de maintenance. Une main d’œuvre  pas toujours facile à trouver et à former. D’où le potentiel de business intéressant pour ceux qui envisageraient de développer une filière outremer mais avec des aléas qu’il faudra étudier et prendre en compte avant de poser les valises sur le quai.

Il faut l’admettre : à l‘image du continent, le continuum de la sécurité figure parmi les priorités de la Guadeloupe. Il est urgent de développer le lien entre forces publiques et sécurité privée dit-on sur place. Et là encore, le potentiel de développement reste réel car vous apprendrez dans cette interview que les acteurs privés sont encore très peu nombreux et que la force publique reste dominante. D’où un retard réel que notre invité déplore. Et sans doute, peut-on parler de « minimum vital » quand on évoque la question du déploiement d’agents de sécurité dans les DOM. Car oui, le privé n’a pas encore le poids suffisant et la balle reste bien souvent dans le camp des autorités publiques. Dommage car la Guadeloupe doit pouvoir répondre à terme à cette demande de sécurité en hausse constante. La sécurité privée et le rôle des agents de surveillance pourraient donc se renforcer à un moment où les effectifs manquent. Surtout en période de crise Covid où les mouvements sociaux freinent le travail des agents de sécurité publique.

La formation à la sécurité privée peut donc prendre son envol. Il y a une place et un potentiel si l’on en croit notre invité Jérôme Loiseau qui développe actuellement des formations à distance qui viennent compléter les formations présentielles. Le tutoriel est donc un bon moyen de dispenser des formations rapides et à distance avec une particularité : offrir des formations à la lutte contre l’incendie mais aussi à la sécurité des entreprises avec des offres adaptées à la demande. Le tout, disponible sur un simple téléphone ou sur une tablette ce qui a permis de former des élèves partout dans les îles des Antilles. Vous comprendrez que cette technique de formation à distance rencontre déjà un bon succès, boostée par le télétravail et les restrictions imposées par l’Etat. Et c’est aussi un premier pas vers le développement d’un continuum de sécurité qui sort déjà des îles puisque ces tutoriels calés sur les normes de formation en vigueur commencent à intéresser des populations de plus en plus éloignées comme en Afrique francophone et en Belgique. 

Dans ANews Sécurité cette semaine, un autre voyage. Cette fois, à travers les lignes d’un roman imaginé par un ancien du RAID, Laurent Combalbert. Un voyage surprenant au cœur de la célèbre unité d’intervention de la police nationale. On y découvre les gestions de crise, les négociations avec des forcenés et des psychopathes et la résolution de kidnapping. On mesure aussi comment se concluent ces opérations sensibles. Avec également des coopérations qui vous surprendront car le RAID forme des équipes étrangères et dispense des formations à de nombreux pays tels que les Emirats et les pays d’Afrique. Une preuve de plus que la « French Touch » dans ce domaine est bien précieuse, avec une réputation enviée bien au-delà les frontières. 

Cet entretien nous emmène aussi dans les coulisses intéressantes d’un parcours passionnant.

Celui d’un homme qui a su parfaire son expérience au fil d’un parcours qui passe par le public et le privé, consacré à un métier peu connu, celui de négociateur. Tout cela débouchera sur la création d’une branche spéciale du RAID dédiée à la négociation. Pour l’épauler, Laurent Combalbert, fondateur de « The Trust Agency », entreprise spécialisée dans la gestion de crises et dans la création de confiance fait appel à de nombreux profils pointus, issus de l’armée de l’Air, d’ex pilotes d’Air France, des médecins et des chirurgiens prêts à transmettre leur savoir. Une belle illustration de ce que peut apporter un continuum parfait de la sécurité où la transmission de la connaissance est une priorité absolue.

Chaque semaine ANews Sécurité vous ouvre les yeux sur le monde de la sécurité et répond à toutes les questions sans détour ni langue de bois. Pour mieux comprendre les forces du continuum.